18/01/2015

Une riche soirée- débat au Café des Possibles.

Décidément, la salle du café des Possibles est souvent trop exigüe ! C'était le cas, ce vendredi soir pour la conférence donnée par Séverin Pistre sur l'eau et les gaz de schistes. Le conférencier, professeur d'hydrogéologie à Montpellier est particulièrement pédagogue et a su rendre intelligible pour tous ce que nous disent les sciences de la Terre. Comment se forment les hydrocarbures dans le sous-sol, comment ils évoluent (à l'échelle de plusieurs millions d'années), où peut-on en trouver,  comment on peut les exploiter et quelles ont les spécificités des gaz de schiste.

On les dit non conventionnels parce qu'ils ne sont pas à l'état libre dans les couches géologiques mais piégés dans la roche. Les exploiter exige de fracturer la roche pour les libérer et pour cela, les exploitants injectent de grandes quantités d’eau à très haute pression. Pour que le gaz puisse s’échapper, ils y ajoutent 3 à 5 % de produits chimiques variés dont certains sont très toxiques ou peuvent le devenir au contact de la roche, très chaude à ces profondeurs. Le conférencier a abordé l’impact de l’extraction des gaz de schistes sur l’environnement, en se basant sur des études réalisées aux Etats Unis mais également la structure du sous sol de notre région.

Les auditeurs, passionnés, ont pu poser de nombreuses questions concernant les possibilités de voir de telles exploitations dans notre région et également sur son économie. Un participant a suggéré que les calculs de  production d’énergie soient basés non sur sa valeur marchande (sujette à variation) mais sur la quantité d’énergie nécessaire à la produire, que ce soit en amont (recherche…) ou aval (transport, démantèlement des installations…). Il a affirmé que cela relativiserait beaucoup les discours optimistes sur les disponibilités énergétiques de la planète.

Le café des Possibles, dans son rôle d’éducation populaire a ce soir non seulement vulgarisé la science mais aussi suscité des débats enrichissants.

Le cycle de conférences débats « l’eau dans tous ces états » va se poursuivre. Prochaine soirée : le 22 février, à 19 h : milieux aquatiques.

 

 

 

17/01/2015

Le Yarn Bombing a investi la médiathèque.

Parure Sigeanaise poser dans les escaliers de la médiathèque de Narbonne..jpg

                     Parure Sigeanaise poser dans les escaliers de la médiathèque de Narbonne.

 

Vernissage réussi, ce vendredi 9 janvier à la médiathèque, pour le début de l’exposition qui dure jusqu’au 23 Janvier 2015, sur le Yarn Bombing, un art qui consiste à habiller le mobilier urbain avec du tricot.  Le président des Amis de la Médiathèque et de l’Ecole d’Arts Plastiques de Narbonne, Félix Bosse, explique que tout est parti des USA où Magda Sayeg a eu l’idée en 2005 de recouvrir la poignée de la porte de sa boutique de laine à Houston. Félix Bosse, aidé par l’association Voyages et Loisirs pour Tous, a démarré avec 4 personnes pensant habiller 3 ou 4 colonnes de la médiathèque de Narbonne. Quelques mois plus tard, avec le l’aide de volontaires, d’associations, d’écoles et de maisons de retraite,  170 colonnes, arbres et bornes de ville de Narbonne étaient habillés. Le Yarn Bombing n’est pas seulement du tricot, c’est partager quelque chose avec autrui, juste pour faire plaisir. Une partie des ouvrages est donné à des associations caritatives. Vient ensuite l’intervention du  Narbonnais, Philippe Kandel, photographe de portrait-nu, qui a donné sa propre vision du « graffiti tricot » en habillant, contrairement à son habitude, ses modèles avec le tricot et introduisant ainsi l’humain dans le Yarn Bombing. Ses photos sont exposées à l’annexe du Conseil Général de Narbonne, ainsi que celles de son épouse Sylvette mêlant la douceur de la laine avec la dureté des paysages. Si des personnes sont intéressés pour participer à l'aventure les ateliers échanges de savoir ce font les mardis et jeudis dans la salle des Pénitents de 14h à 17h ou renseignements au 04 68 41 33 54

 

 

 

 

 

 

 

Le  public présent à l'inauguration.Le  public présent à l'inauguration..JPG

16/01/2015

Une belle journée pour le Cross de L’ASARCM

Minute de silence en l'honneur de Charlie.jpg

                                          Minute de silence en l'honneur de Charlie.

 

En organisant le cross de l’ASARCM, à Port Mahon ce dimanche 11 janvier 2015, son président,  Frédéric Barreda n’imaginait pas que tous les participants, tous « Charlie »,  ont observé une minute de silence, lourde d’émotion.

 Les marcheurs nordiques, 15 hommes et 28 femmes, recevaient les consignes sévères de leur sport avec plusieurs juges tout aussi sévères sur leur parcours de 7,4 km pour les sanctionner : la marche consiste à propulser le corps à l’aide des 4 membres, l’utilisation de deux bâtons spécifiques est obligatoire, à chaque instant on doit avoir un pied et un bâton en contact avec le sol, le pas de course et la technique de la marche athlétique.Le vainqueur avale la distance en 1h03’12’’, la première femme arrivant  7ème en 1h09’43’’.

Départ en trombe et la distance de 925m est parcourue en 3’23’ pour le premier oisillon, et en 3’35’’ pour la première oisillonne,  soit une vitesse moyenne de plus de 15 km/h.

 

 Les courses des autres catégories et les podiums se succédaient, et le cross des Espoirs Seniors et Vétérans clôturait la journée avec une boucle de 8km265 remportée en 30’18’’ pour le vainqueur, Brouty Abert  franchissant avec les honneurs, la ligne en 57’45’’ : du beau sport peut-être, du courage sûrement. 

La marche nordique connait un vif engouement..jpg

 

                                       La marche nordique connait un vif engouement.

13/01/2015

Les petits ont partagés la galette au Claé.

Ce jeudi 8 Janvier, les enfants du Claé de la maternelle se sont régalé pour le gouter exceptionnel du jour, sous la surveillance du personnel de l’ALAE. Les enfants, ornés des couronnes fabriqués par eux, étaient impatients de partager la galette. Un moment convivial pour tous. Garçons et filles étaient très heureux car avec ou sans la fève, chacun était roi et reine.

Les enfants partageant la galette au Claé de la Maternelle..JPG

 

                                               Les enfants partageant la galette.

Une cité de Carcassonne en bouchon plastique.

Pendant les vacances de Noël au Centre aéré de Sigean, un défi a été lancé. Faire une maquette de la "Cité de Carcassonne" avec l'obligation d'utiliser 90% de bouchons plastiques. 1er enfants de 10 à 12 ans par groupe de 3, et pendant 6 heures réparties sur 2 jours ont réfléchi et construit leur structure à l'aide de bouchons et bâtonnets de colle à chaud. Au bout des 2 jours, un jury composé d'enfants de 4 à 9 ans a décerné le titre de "meilleurs architectes de l'année " à l'équipe de  Enora, Chloé, et loane.  Les 5 structures réalisées seront exposées pendant une semaine dans le hall de mairie puis à la médiathèque. 

 

 Enora, Chloé, et loane, les architectes en herbe..JPG

                            Enora, Chloé, et loane, les architectes en herbe.

Corbières Peuples Solidaires sur tous les fronts.

Cette année encore Corbières Peuples Solidaires sera sur de nombreux fronts et en ce début d’année, l’association rappelle son soutien au Burkina-Faso en faveur de femmes, de jeunes filles et de garçons qui apprennent un métier avec succès tous les ans.

L’association soutient aussi l’action des  journalistes qui parcourent le monde et dénoncent de graves injustices subies par la société civile de certains pays comme ceux pour lesquels Peuples Solidaires a protesté encore en 2014 : « le Sénégal ou 9000 personnes ont été spoliées de leurs terres, au Sri Lanka, 950 Familles de pêcheurs et de paysans privés de leurs terres ancestrales ». Elle soutient aussi, en Chine, la préparation d’ une très longue marche de protestations comme celle organisée en 2012, sa réplique passant par Narbonne et Carcassonne.

Enfin, Corbières Peuples Solidaires, espère «  voir disparaître  le travail des enfants comme celui contesté en Octobre dernier pour la énième fois : des mineurs travaillant dans des conditions déplorables pour Samsung, multinationale aux abonnés absents…..

 

Et les responsables de citer  un passage d’une déclaration de Kailash Sankhala (co-prix nobel de la paix en 2014). « Au delà d’enseigner des savoirs tels que l’écriture et la lecture, l’éducation doit permettre d’être ouvert d’esprit et de se comprendre les uns et les autres, elle doit véhiculer le sentiment d’être un citoyen du monde ce qui inclut la tolérance et la non violence »

Corbières Peuples Solidaires 04.68.48.24.83  planes.rene@orange.fr

 

lilikhloudeeff@gmail.com.

L'eau, un bien qu'il faut canaliser, C.P.S continu  à aider les indiens à le faire..jpg

 

                    L'eau, un bien qu'il faut canaliser, C.P.S continu  à aider les indiens à le faire.