16/08/2014

Pauline Planes apporte son témoignage sur les guerres de 14-18 et de 39-45.

Pauline PLANES, présidente de Corbières Peuples Solidaires, parle aujourd’hui en son nom, du vécu de ses parents pendant cette guerre de 1914 à Saint Gobain dans l'Aisne en Picardie.

Dans cette région ainsi qu'à l'Est et à l'Ouest du Nord de la France, les batailles, les avancées, les replis des fronts de part et d'autre, nous pouvons les consulter sur Internet et sur les journaux de l'époque les relatant au jour le jour. Ces batailles "face à face" ont laissé des milliers et des milliers de soldats morts, enterrés sur place. On peut encore voir les petites tombes dans les cimetières militaires français ou allemands, nombreux dans ces régions concernées, avec leurs noms indiqués quand c'était possible.

Saint-Gobain, célèbre pour sa manufacture de glaces créée sous Colbert au 17ème siècle et sa belle forêt, fut de suite une zone d'affrontement très dure car malgré la grande résistance de l'armée française en Artois, de décembre 1914 à octobre 1915, l'armée allemande l'occupa de début 1915 à fin 1916 . C'est probablement pendant cette période, que ma famille fut évacuée vers une commune du Nord : WIGNELIES, près de La Capelle, située dans une zone plus éloignée des combats. C'est dans cette commune que notre mère qui avait 23 ans et deux enfants nés en 1911 et 1914, eu une petite fille en 1917. Elle a très peu parlé des faits de guerre à ses enfants, sans doute pour les protéger, et essayée d'oublier elle-même ... sauf pour raconter sa grande frayeur d'avoir trouvé un rat dans le berceau de son bébé et sa reconnaissance envers un officier allemand, médecin, qui avait enveloppé ce bébé dans une petite couverture trempée dans l'eau presque froide, pour faire baisser une forte fièvre qui risquait de la faire mourir.

Notre père qui avait 33 ans, réformé pour déformation de la clavicule -il ne pouvait épauler un fusil, fût enrôler dans les pompiers, il ne nous a pas parlé non plus des grandes misères auxquelles il a du être confronté.

Mais j'aimais quand il parlait à ses amis, de son frère Joseph mort au combat et de son beau frère, blessé grièvement aux jambes, quand un soldat, avec beaucoup de courage, l'a pris sur son dos pour le ramener vers les lignes arrière. C'était pour moi deux exemples de fraternité et de bravoure.

Vers le 21 mars 1917, la région de Saint Gobain fut libérée de l'occupant, les lignes soutenues solidement par les allemands depuis plus de deux ans au nord de Soissons et plus loin ont cédées, devant les français et nos alliés britanniques. Hélas, dans leur retraite, ils détruisent ce qui restait encore debout, en particulier les monuments historiques comme le château de Coucy datant de 1230.

En 1918, à la fin des hostilités, mes parents ne pouvant habiter de nouveau Saint Gobain par manque de maison pour les accueillir, furent évacuer dans une commune d'Eure et Loire.

En 1921, leur quatrième enfant naquit à Saint Gobain, dans une maison provisoire bâtie à la hâte, pour accueillir les gobanais de retour.

Je suis née en 1929, dans cette rue de Laon dévastée et reconstruite en briques rouges et carrelage joliment coloré avec des matériaux anglais. Nous avons donc vécu "paisiblement" -j'aime ce mot parce qu'il contient le mot PAIX. Dans ce petit bourg nous allions à l'école et tous les ans, nous nous rendions en rang, derrière la musique, au monument aux morts et j'étais fière t'entendre citer le nom de mon oncle Joseph dans la liste des 63 soldats gobanais morts pour la France.

Mais hélas jusqu'en 1939, année où tout à basculer de nouveau, avec l'exode, la mitraille sur la route, la faim, le froid en 1940 et 41.Cette nouvelle guerre est donc la guerre de ma génération, dont je porterai témoignage en 2015, lors de célébration de l'armistice de celle-ci.

 

D'ores et déjà, avec Corbières Peuples Solidaires, nous donnons rendez-vous aux personnes intéressées par notre amicale, à la réunion du vendredi 5 septembre, à La NORIA, autour d'un repas animé par le groupe Tempora, afin de continuer à soutenir des actions fraternelles internationales.

 

 Saint Gobains (600ppp).jpg

                                                  Saint-Gobain a été détruite en grande partie.

Les commentaires sont fermés.